La voie arctique, 3 hommes à travers les glaces

Une aventure humaine, technique et scientifique

Genre : Documentaire (en cours de production)
Réalisé par : Arnaud Mansat et Sébastien Roubinet
Produit par : François-Hugues de Vaumas
Production : Aloest Films

Au milieu d’un labyrinthe de glace, un étrange vaisseau file plein Nord sur le désert blanc : un prototype hybride, mi catamaran, mi char-à-glace. A son bord, une plateforme scientifique et trois hommes qui tentent d’effectuer une première historique : la traversée de l’océan Arctique à la voile, 3000 kilomètres  pour rallier l’Alaska au Spitzberg, île du nord de la Norvège.Depuis 2007, Sébastien Roubinet rêve d’ouvrir la “Voie du Pôle” sur un bateau équipé de patins, capable de glisser sur l’eau comme sur la glace. Il l’a pensé, conçu et équipé pour l’occasion et inaugure ainsi une façon totalement nouvelle d’explorer et de mieux comprendre cet environnement fragile et quasi-inaccessible.

Accompagné de deux marins expérimentés, Eric André et Vincent Colliard , Sébastien le sait : ils auront environ trois mois pour réussir l’exploit, avant que la glace ne se referme et que l’obscurité de la nuit polaire ne s’installe.

La Voie Arctique, 3 hommes à travers les glaces suit, en immersion, la longue préparation des trois explorateurs à la conquête de leur rêve. Ce film est le récit d’une aventure humaine et scientifique hors du commun.

LaVoieArctique-photo

Le projet a été sélectionné et présenté aux sessions pitchs du FIPA de Biarritz le 25 janvier 2018.
En mars 2018, l’équipage est parti s’entraîner et tester le matériel en mer Baltique, voici quelques images tournées lors de ces tests

Chrétiens d’Orient en exil

Le quotidien des familles de réfugiés qui ont fuit au Kurdistan pour survivre.


Genre :
Documentaire
Réalisation : Thierry Rodon
Durée : Teaser de 2 minutes, versions 13 et 26 minutes
Production exécutive : Aloest Productions / ©️Fondation Raoul Follereau
Diffusion : KTO

Chassés par les troupes de l’Etat islamique, des milliers de chrétiens irakiens ont dû fuir au Kurdistan pour survivre. A Erbil, des familles de réfugiés témoignent de ce qu’elles vivent au quotidien. Face à la détresse de ces populations en exil, la Fondation Raoul Follereau, présente en Irak depuis 2001, agit à leurs côtés pour répondre à leurs besoins.

Lazare, une coloc’ solidaire

Un an dans le quotidien des colocataires d’une maison Lazare.

Genre : Documentaire
Durée : Versions 26 et 52 minutes
Réalisateur(s) : Véronique Bréchot
Auteur(s) : Caroline Malliart, Philippe Lamblin et Véronique Bréchot
Producteur(s) : François-Huguesde Vaumas
Production : Aloest Productions, KTO, CFRT et TéléNantes
Diffusion TV : KTO, France 2 et TéléNantes

Dans la maison Lazare, aux abords de Nantes, chacun des colocataires vaque à ses occupations.
L’un ramasse les feuilles du jardin pendant qu’un autre travaille à son bureau et un troisième fait le ménage : la vie en colocation… et ses règles.
Mais les raisons de la cohabitation de ces colocataires dans cette maison sont particulières : certains sont des jeunes professionnels venus habiter ici en tant que volontaires, d’autres sont des personnes issues de la rue, accueillies dans la maison.
Séparés par l’âge, le milieu social, les galères, ils ont choisi de vivre ensemble, pour le pire, et en espérant le meilleur.

Le Goncourt des lycéens

Un film qui donne envie de lire

Genre : Documentaire
Durée : 52′
Réalisateur(s) : Xavier de Lauzanne
Producteur(s) : François-Hugues de Vaumas, Xavier de Lauzanne
Production : Aloest Productions, France 3 Ouest, TV Rennes 35, Rennes Cité Media
Editeur DVD : Aloest Productions
Diffusion TV : France 3
Site officiel : https://www.aloest.com/goncourt/index.html
 
Commander le film
 
Comment redonner l’envie de lire à l’heure où les distractions sont nombreuses et plus faciles ? Comment parler de littérature sans ressentir de l’ennui ? Comment montrer que la littérature contemporaine est vivante ? C’est justement le sens du Prix Goncourt des Lycéens et de ce film. En donnant le point de vue des lycéens qui ont accepté de se transformer en jury pour l’occasion, le film nous montre que la littérature a encore de belles heures devant elle. Car lorsqu’on leur donne un défi (lire les 13 livres de la sélection Goncourt en moins de deux mois) et qu’ils le relèvent, même partiellement, ils se découvrent alors bien plus « lecteurs » qu’ils ne l’auraient jamais imaginé. Le Goncourt des lycéens montre l’aventure de ces adolescents français et étrangers qui pendant deux mois (de septembre à novembre) lisent et élisent leur lauréat parmi la dizaine de romans choisis par la prestigieuse académie Goncourt. Deux mois de lecture et de découvertes pendant lesquels des jeunes de 15 à 18 ans délaissent leurs écrans, leurs portables et PlayStation au profit de la lecture des grands textes de la littérature contemporaine. En travaillant avec leurs professeurs et documentalistes, en rencontrant les auteurs pour certains, en apprenant le débat et l’argumentation, ces élèves de seconde, première, terminale et classes spécialisées vont entrer dans l’aventure des prix littéraires par la grande porte : en devenant jurés. Notre caméra a suivi le cru de la 19è édition de ce prix qui fait de plus en plus de bruit dans nos librairies. Un film qui donne envie de lire.

Le Seigneur de Darjeeling

Un voyage au coeur de l’exploitation du premier producteur de thé bio

Genre : Documentaire de société
Durée : 52′
Réalisateur(s) : Xavier de Lauzanne
Producteur(s) : François-Hugues de Vaumas, Xavier de Lauzanne
Production : Aloest Productions
Distribution : Terranoa
Editeur DVD : Aloest Productions
Diffusion TV : France5, FranceO, Arte, Planète, Discovery, Suède, Espagne, Japon, Inde…
 
Commander le film
 
Récompenses :

  • Festival Agricinema – Prix agriculture du monde
  • Festival Agricinema – Grand prix
  • Kathmandu International Mountain Film Festival – Sélection officielle
  • Festival Cinéfeuille – Sélection officielle

Aux confins de l’Inde et du Népal, à Darjeeling, Rajah Banerjee, propriétaire d’une exploitation de thé familiale et traditionnelle, a été le premier à s’investir dans la culture bio et dans le commerce équitable, tout en produisant l’un des thés les plus prisés au monde. Personnage charismatique, cultivant son thé comme un véritable art de vivre et une quête spirituelle, il parcourt à cheval ses jardins féeriques et nous mène avec élégance à réfléchir sur l’harmonie possible entre l’homme et la nature.

Pour un sourire d’enfant

Quand la famille des Pallières embarque à bord de Ninbus, elle n’imagine pas que l’aventure se poursuivra à Phnom Penh, sur une décharge

Genre : Documentaire de société
Durée : 52′
Réalisateur(s) : Xavier de Lauzanne, Antoine Trébouta
Production : Aloest Productions, Imaxys
Editeur DVD : Aloest ProductionsCommander le film

Récompenses :

Festival internationnal du film des droits de l’homme (France) – Sélection officielle

Synopsis :

En faisant, il y a vingt ans, le tour du monde en camping car avec leurs quatre enfants, Christian et Marie-France des Pallières étaient loin d’imaginer qu’au bout de leurs aventures les attendaient, dans une détresse indescriptible, les petits chiffonniers de Phnom Penh…

Alors chaque année, habitués à leur vie nomade, Christian et Marie-France sillonnent la France, toujours dans leur camping car brinquebalant muni d’un écran et d’un vidéo projecteur, afin de témoigner de ce qu’ils ont vu au Cambodge et d’obtenir les ressources nécessaires à leur combat. Avec eux, trois enfants issus de la décharge de Phnom Penh, dansent et rythment le voyage qui sauvera encore cette année plusieurs centaines d’entre eux. De retour au Cambodge, le matin, au milieu des camions poubelles, traversent les enfants extirpés de la décharge par les tournées françaises. Un cartable sur le dos, ils passent le portail de l’école que Christian et Marie-France ont ouverte pour eux et qui ne cesse de s’agrandir.

Au cœur de la déchirure, des cris joyeux retentissent dans la cour de récréation, une atmosphère studieuse règne dans les classes, les enfants débarrassés de leurs souillures retrouvent le « droit à l’enfance » et leur beauté anime l’espoir d’un nouveau Cambodge.

En osant l’impossible à proximité du décor apocalyptique de la décharge, Christian et Marie-France ne cessent d’être mis à l’épreuve par toutes les souffrances insupportables qu’ils doivent affronter chaque jour. En contrepartie, ils reçoivent une richesse qu’ils n’échangeraient pour rien au monde : celle que leur procure les 1800 sourires retrouvés des enfants qui les entourent.

Irak, mon amour

La réalisatrice Véronique Bréchot sillonne les routes du nord de l’Irak, de Kirkouk à Qaraqosh, et part à la rencontre des minorités persécutées

Genre : Documentaire
Durée : 52mn
Réalisateur : Véronique Bréchot
Producteurs : François-Hugues de Vaumas, Ezster Hamard
Production : Aloest Productions, KTO TV
Diffusion TV : KTO (10/03/2014)

En Irak, la majorité de la population est de confession musulmane. Mais d’autres minorités religieuses vivent sur le même territoire, et ce, depuis plus de 2000 ans. C’est le cas des Mandéens, des Shabaks, des Yézidis et des Chrétiens.

Les Chrétiens peuplent l’Irak depuis l’origine du christianisme mais leur présence sur cette terre est aujourd’hui menacée. Face aux violences subies, beaucoup d’entre eux ont quitté le pays. Ceux qui ont fait le choix de rester, risquent chaque jour leur vie.

Embarquée à bord du minibus de l’association Fraternité en Irak, la réalisatrice Véronique Bréchot sillonne les route du nord du pays, de Kirkouk à Qaraqosh, et part à la rencontre des minorités persécutées.

Et l’usine créa la ville, Champagne-sur-Seine

Une ville racontée par ses anciens

Genre : Documentaire
Durée : 52mn
Réalisateur : Xavier de Lauzanne
Producteurs : Région Ile-de-France, Aloest Productions
Editeur DVD : Aloest Productions
Champagne-sur-Seine est aujourd’hui une ville de 6 500 habitants dont la vie paisible cache une grande histoire. Parmi les Champenois, combien se souviennent de la sirène qui rythmait, il n’y a pas si longtemps la vie à Champagne ? Combien connaissent la signification des sigles apposés sur les façades des immeubles?
 
Dans la ville, il existe des personnages qui se souviennent et peuvent répondre à ces questions, car ils ont travaillé à l’usine. C’est le cas de Benjamin Ivanoff, Pierre Le Fouillé, Claude Pelletier, Pierre Péchard, Serge Dissoubray, Suzanne Messager, Jean-Pierre Vernery et Manuel Gomez.
 
(Extraits de documentaire « Et l’usine créa la ville, Champagne-sur-Seine » – La place des femmes à l’usine)

Retour sur la RC4

50 ans après le désastre du repli des troupes françaises par la RC4, un groupe d’anciens combattants se rend sur les lieux des plus durs combats

Genre : Documentaire de société
Durée : 52mn
Réalisateur : Xavier de Lauzanne
Producteurs : François-Hugues de Vaumas, Xavier de Lauzanne
Production : Aloest Productions
Editeur DVD : Aloest Productions
Site officiel : https://www.aloest.com/rc4/index.htmlCommander le film

Tonkin, octobre 1950, le haut commandement français décide d’évacuer le poste de Cao Bang, difficilement défendable sous la pression des troupes de Mao. Le repli, ordonné par la RC4, sera une tragédie pour l’armée française.

Vietnam, octobre 2000, 50 ans après ce désastre, un groupe d’anciens combattants se rend sur les lieux des plus durs combats. Ils ont 70 ans et retournent, malgré leur âge et parfois dans des conditions difficiles, sur les traces de leurs 20 ans… Les Vietnamiens, eux, fêtent une victoire. Le Colonel Dang Van Viet, parfait francophone, était le commandant du front de la RC4. Il avait 30 ans à cette époque, il en a maintenant 80. Après avoir assisté aux cérémonies officielles de Cao Bang, il retrouve le groupe de Français afin de parcourir avec eux la RC4 jusqu’à Langson…

Xavier de Lauzanne signe un documentaire juste et poignant sur des gens dont on parle peu : les combattants d’Indochine. Il ne s’agit pas d’une reconstitution, ni d’une analyse de l’Histoire, mais simplement d’un témoignage d’hommes, profondément marqués par la guerre qui les a opposés en 1950. Le sujet sensible de la réconciliation est abordé avec retenue ; le ton équilibré du film nous amène peu à peu à nous prendre d’affection pour les personnages et à mieux comprendre les raisons de leur attachement à cette région. Ce film-débat nous entraîne dans un voyage insolite au cours duquel le souvenir de la guerre semble tangible. Il encourage ainsi à se replonger dans l’Histoire encore récente de la France et du Vietnam.